Hommage à l’UMONS aux victimes des attentats de Paris

A l’initiative du Conseil étudiant de l’Univeristé de Mons, personnel et étudiants se sont réunis au sein de l’amphithéâtre Van Gogh de la Plaine de Nimy, ce lundi 16 novembre à 12h30 pour rendre hommage aux victimes des attentats du 13 novembre. La mobilisation de la communauté universitaire et en particulier des étudiants y a été très forte.

Devant ces tristes évènements, chacun d’entre nous éprouve les mêmes sentiments d’horreur et de colère car en tuant aussi massivement et aussi sournoisement, c’est sur l’humanité dans l’homme que se sont acharnés les assassins de Paris.

Evenement du 13 novembre 2015

Nous sommes tous plein d’incompréhension face à des évènements qui nous apparaissent complètement irrationnels. Nous avons le sentiment de rentrer progressivement dans une situation de guerre où les pires abominations et les actes les plus ignobles sont motivés par leurs auteurs comme un recours à la légitime défense.

Mais nous sommes d’autant plus ébranlés que les auteurs de ces attaques sont des jeunes ayant vécu dans nos cités et qui en sont arrivés à un niveau de haine tel qu’ils ne respectent plus la notion de vie, avec un instinct de mort tel qu’ils en arrivent à exterminer au hasard des jeunes de leur âge auxquels rien ne pouvait être reproché si ce n’est de faire partie de cette société qu’ils détestent.

Nous sommes aujourd’hui face à un carrefour important car ce qui est en jeu, c’est le modèle de société dans lequel nous voulons vivrons et dans lequel vivrons nos enfants.

Nous sommes dans une société de liberté, de libre expression, de démocratie et d’humanisme. En choisissant de faire perpétrer chez nous et par des jeunes qui vivent chez nous de telles exactions, la stratégie menée par nos adversaires est clairement de semer la terreur avec pour objectif celui d‘ébranler nos convictions.

Pour la première fois, nos sociétés vont pouvoir mesurer leurs capacités à défendre nos principes de démocratie. Certes contre ces tueurs et leurs complices, il faut opposer la plus grande fermeté mais contre l’émotion et la panique du moment, il faut opposer la dignité et la lucidité.

Nos sociétés sont faites d’ouverture et de multiculturalisme : en ces moments difficiles, nous devons résister à la tentation sous l’effet de la colère de stigmatiser une communauté. Nous ne souhaitons pas rompre le lien social, nous ne souhaitons pas abandonner ce qui fait notre spécificité et notre capacité du vivre ensemble.

Ce ne sera pas facile car le paradoxe de la situation qui rend la marge de manoeuvre bien infime, c’est que le combat contre cette forme de terrorisme apparaît bien difficile en continuant à défendre nos principes de tolérance. Il est paradoxal de constater que pour mieux défendre nos principes de liberté et de tolérance, le risque existe de devoir les renier peu à peu si on veut être efficace dans le combat contre ce type d’agression.

Face à l’aberration, à l’horreur et à l’obscurantisme, la valeur du savoir et de la raison s’impose plus que jamais. Le respect de la nature humaine, dans sa diversité, est le seul rempart contre la barbarie. Dans ce contexte, le rôle des lieux où se construit, se transmet et se partage la connaissance est essentiel. Notre université est l’un de ces lieux et tous, nous apportons notre concours à son projet humaniste. Nous avons un rôle à jouer dans la défense de nos valeurs démocratiques et de liberté.

Mais il est clair aussi qu’une prise de conscience à grande échelle du monde politique et en particulier en Europe devient de plus en plus cruciale. Le monde ne tourne pas rond. Les intégrismes religieux s’accentuent. Un capitalisme sauvage et spéculatif accentue les inégalités non seulement dans nos sociétés mais aussi à l’échelle mondiale, avec ce que cela induit de désespoir et de rancœur.

Quoiqu’il en soit, l’urgence, ce sera d’éviter que ces attentats n’accentuent les crispations entre communautés. Car la seule façon que nous avons d’honorer la mémoire des victimes quel que soit l’endroit où elles meurent, c’est de continuer à nous battre pour nos valeurs avec ce qu’il faut de tolérance et de fermeté.

Posted under Vie de l'université Mots-clés :