Une rentrée académique 2015 marquée par un brillant économiste, Daniel Cohen, nouveau Docteur Honoris Causa de l’UMONS

COHEN[1]Le 2 octobre 2015 avait lieu la rentrée académique de l’Université de Mons dans un amphithéâtre Richard Stiévenart pratiquement complet.

J’ y ai dressé le bilan de l’année académique écoulée et tracé les perspectives d’avenir pour l’Université de Mons. Plusieurs des objectifs stratégiques de l’UMONS sont en bonne voie : un recrutement d’étudiants en nette croissance (30% de plus en première année par rapport à 2009 pour les étudiants de première génération), une bonne perception de la qualité des cours par les étudiants suite aux enquêtes pédagogiques annuelles organisées depuis 4 ans  (5% seulement de retours négatifs sur plus de 165.000 évaluations d’étudiants), des activités scientifiques en progression significative (près de 60 thèses de doctorats par an en 2014 contre 35 en 2009), une reconnaissance internationale croissante (excellent classement de l’UMONS dans le ranking multiscore U-Multirank organisé par l’Union européenne).

Lors de cette rentrée académique, les insignes de Docteur Honoris Causa ont été remis à l’économiste français Daniel Cohen. Professeur d’économie à l’Ecole Normale supérieure de Paris ainsi qu’à l’Université de Paris I – Panthéon Sorbonne. Il compte de nombreuses publications scientifiques de très haut niveau mais aussi plusieurs ouvrages de vulgarisation dont deux ont obtenu le prix du livre d’économie : « Nos temps modernes » (2000 chez Flammarion) et « Homo economicus, prophète (égaré) des temps modernes » (2012 chez Albin Michel). En septembre dernier est sorti son dernier ouvrage « Le monde est clos et le désir infini » chez le même éditeur.

Parmi ses autres activités hors monde académique, Daniel Cohen est aussi éditorialiste au Monde. Il est le Président du conseil scientifique de la Fondation Jean Jaurès. Il a été conseiller scientifique associé au centre de développement de l’OCDE. Il est aussi conseiller à la Banque Lazard a été sacré économiste de l’année 1997 par le Nouvel Economiste. Il a reçu la Légion d’honneur en 2001.

Kenneth E. Boulding affirmait que « celui qui croit qu’une croissance exponentielle peut continuer indéfiniment dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste ».

Daniel Cohen est un brillant économiste que l’Université de Mons a souhaité mettre à l’honneur et pourtant, il ne croit pas à cette croissance exponentielle. C’est un économiste pragmatique, comme il se définit lui-même, qui analyse notre dépendance à la croissance et ne craint pas de remettre en cause les schémas de pensée habituels.

Il pose avec pertinence deux questions essentielles: l’objectif d’une croissance à tout prix, avec ce que le mot croissance recouvre actuellement, est-il le bon ? Et d’autre part, en imaginant qu’il le soit et qu’il le reste, la croissance a t-elle un avenir ?

Nul doute que son brillant exposé (lien http://urlz.fr/2GMF) aura permis au nombreux public présent de se poser les bonnes questions quant à la façon de penser le monde autrement.

Posted under Vie de l'université